PLAFOND DE VERRE OU LIMITE INTÉRIEURE

Le concept de phénomène de l’imposteur a été introduit, en 1978, par les psychologues américaines Pauline Rose Clance et Suzanne Imes sur la base d’observations de 150 femmes reconnues pour leur excellence professionnelle mais qui en attribuaient le mérite à la chance ou à la surestimation de leurs compétences.

Le syndrome de l’imposteur désigne un sentiment subjectif d’incompétence ou d’inaptitude malgré des performances et une réussite adéquates selon des critères objectifs.

Reconnaitre les symptômes des fraudeurs à la compétence.

 70% de la population mondiale serait confrontée à cet état au moins 1 fois dans son existence. Ce doute maladif se traduit par un refus à s’approprier tout accomplissement, en associant sa réussite à des facteurs externes comme le hasard, la chance, la bienveillance de sa hiérarchie.

Profils des hommes et femmes vivants le syndrome de l'imposteur.

QUAND LA VIE NOUS FRAGILISE

Le syndrome de l’imposteur puise ses origines dans des ego malmenés et dans la nécessité que nous éprouvons de nous comparer aux autres. Une situation transitoire (changement de cap professionnel, autodidactie, promotion, 1ère expérience professionnelle, …) en est souvent le déclencheur.

La perte d’un travail peut également être le combustible de cet état lié à la difficulté de faire le deuil de l’emploi perdu et à redéfinir sa trajectoire professionnelle. Selon une récente étude de l’APEC, 53%* des cadres confrontés à cette situation se sentent démunis et en perte de confiance quant à leur capacité à retrouver une opportunité professionnelle similaire. Un terreau propice à l’état d’imposture.

Fin de contrat de travail des cadres seniors.

Pour tenter d’y faire face, grand nombre d’entre nous adoptent des stratégies d’esquive pour ne pas être confronté.e à des situations anxiogènes ou surcompensent par un travail acharné.

La politique de l’autruche, la procrastination sont des placebos qui n’apportent qu’un soulagement éphémère.

Nous l’avons souvent constaté, des candidats qui, durant leur recherche d’emploi, n’envoient que peu de candidatures pour ne pas être soumis à l’épreuve par le recruteur de peur d’être démasqué.e.

UNE ALTÉRITÉ HOMME FEMME

44% de femmes ont la possibilité de mener des projets d’envergure au sein d’une organisation contre 59% pour les hommes. Ce n’est pas un discours féministe mais bien 14 points qui les séparent sur la compétence « leadership » ! Celles qui y parviennent sont souvent exposées à la critique.

Est-ce un effet de nombre ou bien l’inhibition masculine sur le sujet qui fausserait la stat !

La sous représentativité des femmes à des postes à responsabilité les poussent à se surpasser et à se retrancher dans un perfectionnisme exacerbé, maladif où le succès ne sera jamais reconnu à sa juste valeur. Elles subissent une forte pression pour être performantes ce qui ne peut qu’accroître le manque de confiance qu’elles éprouvent.

L’indice de facilité de carrière est malmené par le stéréotype du genre.

Enfin, la charge mentale, que les femmes subissent encore majoritairement aujourd’hui, ne leur permet pas de concilier équitablement vie professionnelle et familiale.

Ces manques de légitimité nourrissent le sentiment d’imposture.

SORTIE DE CRISE

Pour sortir de la clandestinité, il faut renouer avec un schéma de pensée positif même s’il est difficile d’échapper à la logique de performance.

Le stoïcisme pourrait en être le point de départ en se rappelant que tout être humain est fondamentalement imparfait et faillible.

Accepter l’échec, entrer dans une démarche d’amélioration continue, telle serait la clé.

Comme nous ne sommes pas psy, nous vous invitons à vous recentrer sur vos réussites dans votre quête d’authenticité et de sincérité.

La méthode STAR est un bon moyen d’avoir une vision objective et claire de vos accomplissements, de vos compétences, de mettre en valeur vos forces, les résultats atteints et la reconnaissance obtenue.

Valoriser ses compétences.
 

Avec ce travail d’écriture salutaire, vous mettrez fin à la collusion entre votre désir d’aller de l’avant et l’annihilement de votre valeur.

Et si avec cela vous ne parvenez pas à reprendre le dessus, CrossRoads vous accompagne dans ce processus de retour à la légitimité pour réapprendre à s’apprécier sans condition.

Sources :

• *Étude APEC-Pôle Emploi sur les cadres demandeurs d’emploi 2022.
•  Étude Instant office sur le syndrome de l’imposteur dans le monde du travail.
•  Baromètre TNS Sofres.

La communication est votre meilleure alliée​

Quel que soit le domaine ou le poste, les recruteurs cherchent à embaucher les meilleurs talents pour leur entreprise. Vous allez donc devoir vous démarquer des autres candidats lors de l’entretien.

Au-delà de vos compétences, votre façon de communiquer aussi bien verbale que non verbale compte, et parfois plus que vous ne le croyez. Être à l’aise à l’oral n’est pas un exercice facile pour tout le monde je vous l’accorde.

Cet exercice demande de dépasser ses peurs, afin d’avoir un discours structuré si l’on veut être efficace et faire passer le bon message.

La PNL : championne de la communication

Connaissez-vous la « PNL » ? Pas le groupe de musique bien sûr, mais bien la Programmation Neuro Linguistique. Née dans les années 1970 aux États-Unis, la PNL vise à améliorer la communication entre les individus. De cette discipline vous pouvez utiliser deux outils faciles à mettre en œuvre afin d’améliorer votre aisance lors d’un échange avec un recruteur. 

→L’ancrage

L’ancrage est un processus assez proche du conditionnement de Pavlov. Il consiste à associer un état émotionnel avec un geste précis afin de créer un conditionnement bénéfique. Ainsi, dès que vous aurez besoin de renouer avec ce ressenti, vous reproduirez ce même geste. L’association devient donc un reflex.

Comment l’utiliser ?

Choisissez l’état interne que vous voulez retrouver : calme, sûr.e de soi. Pour cela, pensez à des évènements du passé et identifiez ce qui vous a aidé. Ensuite choisissez votre ancre, elle sera le déclencheur de votre état interne. Votre ancre personnelle doit rester inhabituelle de façon à ce qu’elle reste associée à votre état. Cela peut-être se toucher le bras, tourner sa bague, se toucher la cuisse mais il ne faut pas oublier de rester discret.

Évoquez un souvenir où vous étiez dans l’état interne que vous recherchez et remémorez-vous les détails de ce moment. Puis, imaginez que vous y êtes à nouveau et ancrez-le avec le geste choisi.

Testez votre ancrage, si cela fonctionne, vous pourrez l’utiliser quand vous le souhaitez, sinon, n’hésitez pas à refaire le processus.

Lors d’un entretien, vous pouvez stresser et perdre vos moyens. Utiliser cette technique, permet de retrouver vos capacités à l’instant T et de dépasser votre sentiment de stress.

→La synchronisation

La synchronisation est l’une des techniques les plus efficaces et puissante de la PNL en termes de communication. Se synchroniser, c’est se rapprocher du mode de communication de l’autre voir l’adopter.

Écouter et observer permet de repérer chez son interlocuteur tout ce qui pourra être utile dans la synchronisation, pour reproduire par la suite ce que l’on voit, entend et ressent.

Comment l’utiliser ?

⌯ Le canal auditif : « J’entends ce que vous dites »

⌯ Le canal sensitif : « Je sens ce que voulez dire »

⌯ Le canal visuel : « Je vois ce que vous voulez dire »

Il y a différentes façons de se synchroniser.

 

→Le langage

Adaptez votre langage à celui de votre interlocuteur, réemployez ses mots et modulant votre voix et intonation à la sienne.

 

→La posture et la gestuelle

Adoptez certaines positions de votre interlocuteur, croisez les bras, les jambes, posez les mains sur la table. Tous ces gestes vont permettre de renvoyer une image « miroir » à votre interlocuteur. Attention néanmoins, le but n’est pas de jouer au jeu de l’imitation mais de s’adapter afin que l’inconscient de la personne repère des points communs. Surtout avec un recruteur !

Parfois, la synchronisation est inconsciente, nous le faisons sans le savoir avec des personnes que l’on aime bien. C’est une manière de se faire confiance.

Le DISC : Outil précieux pour mieux se connaître et mieux appréhender l’autre

Le DISC est un outil universel d’analyse comportementale. Ce n’est pas un test de QI ni un test psychométrique. Il nous permet de décoder les grands traits de votre personnalité. C’est un outil très simple à utiliser.

Il permet d’avoir une meilleure connaissance de soi, une meilleure connaissance de l’autre ainsi qu’une plus grande efficacité et flexibilité.

DISC est l’acronyme des 4 traits du comportement humain à savoir ; la Dominance, l’Influence, la Stabilité et la Conformité.

DISC_outils

Les résultats du DISC sont fiables, ils résultent d’études sérieuses des caractéristiques comportementales effectuées depuis les années 30.

→L’interêt 

Nous partons du postulat que la réussite va dépendre pour :

⌯ D’une meilleure connaissance de soi (je comprends mieux mes réactions, mon mode de fonctionnement)

⌯ D’une meilleure connaissance de l’autre : cela a de l’intérêt dans nos interactions – le travail en équipe par exemple, la posture dans le cadre de la communication, la vente, l’entretien d’embauche.

⌯ Pour une entreprise : mettre en synergie les bons profils

CrossRoads vous permet d’apprendre ces techniques via sa formation « chasse ton job »

N’hésitez pas à nous solliciter pour connaître plus en détail le programme et les dates des prochaines sessions.